Une femme sans histoires
Christopher Priest
Denoël (Présence du futur), 2000.
309 p.

Alice Stockton est écrivain et habite dans un village reculé du sud de l'Angleterre contaminé par un accident nucléaire français. Son dernier livre, sans qu'elle sache pourquoi, a été saisi par le ministère de l'Intérieur et sa voisine, Eléanor, a été retrouvé assassinée. Alice va alors rencontrer le fils de la victime, le troublant Gordon Sinclair...
Une femme sans histoires décrit une réalité pervertie, le monde d'aujourd'hui tel qu'il pourrait être ou pourra être dans quelques années : le gouvernement d'un pays civilisé comme l'Angleterre est paranoïaque et omnipotent. Chaque citoyen est fiché jusqu'au moindre détail, surveillé dans ses faits et gestes et la moindre critique est interprétée comme une atteinte à la sureté de l'Etat (la saisie du livre apparemment anodin d'Alice). Autre perversion de l'actualité : l'accident nucléaire français qui met en péril la province où vit l'héroïne ; un évènement qui aurait pu se réaliser (le roman de Priest ayant été écrit au début des années 90).
Mais c'est dans le style de l'auteur et dans son parti pris de présenter successivement le point de vue d'Alice et de Gordon Sinclair que résident les raisons du plaisir à lire ce roman envoûtant et inquiétant à la lisière de la réalité et du cauchemar.
I.L.